Assurance vie : quel avenir pour les fonds en euros ?

Les beaux jours où les fonds en euros affichaient un rendement proche des 4% semblent désormais loin. Depuis plusieurs années, ce placement qui connaissait un franc succès et qui représente encore 83% des encours placés dans les contrats d’assurance vie, rapporte de moins en moins (en moyenne 2,3%). Alors pourquoi ce placement continue-t-il de baisser ? Cela va-t-il durer ?

assurance-vie-fonds-en-euros-blog

Baisse des fonds en euros, la faute aux obligations

Afin de garantir les capitaux investis par les épargnants, les fonds en euros s’appuient sur des supports fiables à savoir, pour la majorité d’entre eux, des obligations (ou des emprunts) d’Etat. Mais depuis 2011, leur taux de rendement a chuté de près de 2,5 points pour passer de 3,32% à 0,85% en 2015*.

Les contrats d’assurance vie sur fonds en euros dont le rendement était proche du taux des obligations sont donc obligés de suivre la même pente. La principale difficulté réside aujourd’hui dans le fait que le rendement des fonds en euros reste bien supérieur à celui des emprunts d’Etat (0,65% début 2016), et que beaucoup de contrats vont arriver à échéance.

Différents scénarios pour l’avenir et différentes solutions

Les courtiers et les assureurs n’ont pas attendu le projet de loi Sapin 2 pour envisager plusieurs solutions. En effet, cette loi vise à leur imposer un taux plus bas que celui qu’ils ont fixé sur les fonds en euros, à suspendre les retraits ou encore à les limiter.

Le succès des fonds en euros réside dans la garantie permanente du capital. Pour certains assureurs, la solution, face à une baisse continue de rendement, serait d’appliquer des frais de gestion variables sur les contrats.

D’autres suggèrent de minorer la garantie des fonds, voire de ne l’offrir qu’à terme, remettant ainsi en cause le principe même de ce contrat. Mais la plupart, en anticipant cette baisse, ont déjà diversifié leur portefeuille et accordé une place importante aux titres d’entreprises plutôt qu’aux titres d’Etat.

Alors quelle solution pour l’épargnant qui possède des fonds en euros ?

Comme dans toute stratégie financière, il est nécessaire de bien réfléchir avant d’agir et de ne jamais céder à la panique.

Beaucoup d’assureurs et de courtiers conseillent déjà à leurs épargnants de diversifier au maximum leurs placements en souscrivant notamment des contrats multisupports qui cumulent d’une part, des fonds en euros et, d’autre part, des supports en unité de compte pour lesquels le capital n’est certes pas garanti mais qui s’avèrent plus rentables.

Pour ceux qui possèdent déjà des fonds en euros, il est également possible, depuis l’amendement Fourgous et sous certaines conditions, de transférer ses fonds en euros vers un contrat multisupports.

Le rendement des fonds en euros, n’est pas, dans un avenir proche, prévu à la hausse. Avec la création de nombreux nouveaux produits d’épargne, il paraît plus intéressant aujourd’hui, pour les nouveaux épargnants, de se tourner vers eux. Mais il n’existe pas de placement miracle adapté à tous.

Chaque épargnant a des besoins et une capacité d’épargne qui lui est propre. Il est donc important, avant de souscrire un contrat d’assurance vie, d’en discuter avec un professionnel. N’hésitez pas à contacter un conseiller Arca Patrimoine pour faire le point sur votre situation actuelle, et à venir.

*Source : ACPR, juillet 2016.

Publié par

Arca Patrimoine

Arca Patrimoine est le 2ème courtier vie-épargne français. Retrouvez chaque semaine sur le blog officiel d'Arca Patrimoine, l'essentiel de l'information sur l'assurance-vie, l'épargne placements et l'épargne retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *