Le succès du Perp en 2016

Il aura fallu attendre quelques années avant que le PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire) devienne un placement attractif. Crée en 2003 par la loi Fillon, le PERP peinait à attirer les épargnants qui jugeaient ce placement trop contraignant. Mais depuis plusieurs mois, le PERP trouve enfin sa place dans le portefeuille d’un nombre de plus en plus important d’épargnants. Quelles en sont les raisons ? 

Le Perp en 2016

Le PERP, des réformes nécessaires

Versements annuels obligatoires minimum, sortie sous forme de rente viagère uniquement… Le PERP était à l’origine un placement à long terme contraignant, même s’il disposait d’avantages fiscaux certains.

Il répondait en effet difficilement aux besoins réels des épargnants qui souhaitaient se constituer un complément de retraite sans pour autant se retrouver lié à un contrat.

Réformé plusieurs fois, il a subi de nombreuses modifications qui portent aujourd’hui leurs fruits. Les cotisations 2016 ont en effet augmenté de 3,7% par rapport à 2015, atteignant 12,5 millions d’euros (classement L’Argus de l’assurance 2016).

Pourquoi souscrire un PERP ?

Avec le plafonnement, voire la baisse de nombreuses pensions de retraite, les Français ont de plus en plus conscience de la nécessite de se constituer un complément de revenus à la retraite.

Si pendant longtemps les produits garantis type livrets ou PEL ont été plébiscités, la baisse continue de leurs rendements les rend désormais moins attractifs.

Les épargnants se tournent aujourd’hui vers des placements aux rendements plus élevés et qui répondent à leurs besoins réels.

Pour ceux qui souhaitent défiscaliser et bénéficier d’une rente à l’âge de la retraite tout en pouvant opter pour une sortie partielle en capital, le Perp est LA solution.

 Les avantages du Perp aujourd’hui

  • Un placement ouvert à tous quel que soit son âge ou sa profession, y compris aux fonctionnaires.
  • De nombreux avantages fiscaux : les sommes versées sur un Perp sont déductibles pour chaque membre du foyer fiscal, dans la limite d’un plafond global. Pour des versements effectués en 2017, ce plafond est égal au plus élevé des 2 montants suivants :
    • 10 % des revenus professionnels de 2016, nets de cotisations sociales et de frais professionnels, avec une déduction maximale de 38 616 euros
    • ou 3 862 euros si ce montant est plus élevé

Le Perp échappe également au plafond des niches fiscales fixé à 10 000 euros.

  • Le montant et la fréquence des versements sont libres.
  • La possibilité, depuis 2010, au moment de la liquidation du Perp, de récupérer son épargne jusqu’à 20% en capital, le reste étant versé sous forme de rente. Et si vous achetez votre résidence principale, vous pouvez récupérer 100 % de votre épargne en capital.
  • La rente n’est pas obligatoirement viagère, et donc perdue en cas de décès prématuré du souscripteur. Comme dans un contrat d’assurance vie, il vous est possible de désigner un ou plusieurs bénéficiaires.
  • Des supports variés, adaptés à votre profil d’épargnant.
  • Des options d’arbitrages et de gestion « à la carte » qui peuvent sécuriser votre épargne.

Oubliez ce que vous pensiez savoir du Perp. Celui-ci a beaucoup changé et s’adapte désormais à vos besoins réels en termes d’épargne retraite.

Vous souhaitez en savoir plus sur les différents Perp ? N’hésitez pas à contacter Arca Patrimoine qui vous aidera à choisir le contrat le mieux adapté à vos besoins.

Publié par

Arca Patrimoine

Arca Patrimoine est le 2ème courtier vie-épargne français. Retrouvez chaque semaine sur le blog officiel d'Arca Patrimoine, l'essentiel de l'information sur l'assurance-vie, l'épargne placements et l'épargne retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *