L’assurance vie plébiscitée par les seniors

42% des 60 ans et plus détiennent un contrat, rappelle le Cercle de l’épargne dans le numéro de janvier de son mensuel. Le produit est, il est vrai, particulièrement adapté à la préparation à la retraite et à la succession.

assurance-vie-plebiscite-par-les-seniors

Les seniors adorent l’assurance vie. C’est l’un des enseignements du dernier numéro du « Mensuel de l’épargne et de la retraite » sorti le 10 janvier 2018. Cette publication est éditée, tous les mois, par le Cercle de l’Epargne, un « think tank » consacré à l’épargne, à la retraite et à la prévoyance. En s’appuyant sur les chiffres de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), le laboratoire d’idées montre à quel point le placement préféré des Français est particulièrement apprécié des tempes grises et des cheveux blancs.

Si 36,2% de nos compatriotes détiennent au moins un contrat d’assurance vie, le pourcentage grimpe à 41,8% chez les 60-69 ans et même à 42,7% chez les 70 ans et plus. En comparaison, on compte seulement 21,1% de souscripteurs chez les moins de 30 ans, 31,4% chez les 30-39 ans, 35,1% chez les 40-49 ans et 36,5% chez les 50-59 ans. En d’autres termes, plus un particulier est âgé et plus il a de chance de posséder une assurance vie.

Une plus forte capacité d’épargne

Un phénomène somme toute logique. Grâce notamment aux augmentations salariales, la capacité d’épargne est censée augmenter au fil des ans. Sans compter que la majorité des propriétaires ont fini de rembourser leur crédit immobilier à 60 ans. En outre, à partir de la soixantaine, les couples n’ont en théorie plus d’enfant à charge. Du coup, le montant moyen du patrimoine (immobilier compris) des 60-69 ans s’élève à 340.600 euros, contre moins de 50.000 euros chez les moins de 30 ans.

Alors que les placements représentent en moyenne 20,6% du patrimoine des Français, cette part monte à 22,7% chez les 60-69 ans et à 28,7% chez les 70 ans et plus. En clair : non seulement les seniors sont « plus riches », mais ils investissent davantage dans des produits financiers. Dans ces conditions, on comprend mieux leur forte proportion parmi les souscripteurs d’assurance vie.

Une réponse aux problématiques à venir

D’autant que, comme le souligne le Cercle de l’Epargne, ce type de contrat répond aux deux grandes problématiques de cette population : la préparation à la retraite et la succession. Grâce aux rachats partiels programmés à compter du départ de la vie professionnelle, voire à la sortie en rentes viagères, l’assurance vie peut permettre de se constituer un revenu régulier qui viendra utilement compléter les pensions de vieillesse.

Par ailleurs, l’assurance vie est particulièrement avantageuse en matière de succession. Non seulement le souscripteur peut désigner les personnes qui percevront les capitaux à son décès, mais les fonds transmis ne sont pas intégrés à l’actif successoral et ne sont donc pas soumis aux droits de succession. Mieux : ils bénéficient d’un abattement fiscal de 152.500 euros par bénéficiaire désigné (pour les primes versées avant 70 ans).

N’hésitez pas à contacter Arca Patrimoine pour plus d’informations sur nos solutions d’épargne.

Publié par

Arca Patrimoine

Arca Patrimoine est le 2ème courtier vie-épargne français. Retrouvez chaque semaine sur le blog officiel d'Arca Patrimoine, l'essentiel de l'information sur l'assurance-vie, l'épargne placements et l'épargne retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *