Blog en vacances…

Bonjour à toutes et à tous,

Le blog prend des vacances… il réouvrira ses posts le 25 Août… mais avant de partir un dernier article vous attends…

Notre forum va lui aussi profiter du soleil… il reste tout de même accessible afin que vous puissiez consulter les discussions en cours… pour les réponses RDV le 25 Août…

Excellentes vacances à tous…

Et à très bientôt pour de nouveaux posts!

L’équipe du Blog & du Forum Arca Patrimoine

Le pouvoir d’achat face à ce qui reste dans nos portefeuilles!

Le pouvoir d’achat d’un ménage, est la capacité de celui-ci à consommer en fonction de ses revenus. Ou en d’autres termes « le pouvoir d’achat, c’est ce qu’on peut acheter avec ce qu’on a » (M. E.LECLERC).

Le syndrome de la vie chère n’est plus une probabilité mais un fait avéré. On en vient même à créer le « méga pouvoir d’achat », dans ce cas c’est acheter ce qu’on ne pourrait normalement pas avoir. Aujourd’hui tout nous pousse à consommer, des promotions constantes, des réductions, des produits en lots, des facilités de paiements… Au départ tout cela est bien alléchant mais qu’en est-il réellement ?

Nous sommes maintenant obligé de tout penser en fonction du prix des matières premières. Le pétrole a prit 22.4% sur un an, le carburant 17.9% sur un an. L’alimentation a également connu une hausse tarifaire atteignant + 5.7% sur une année.

Le SMIC a été le 01/07/2008 pour la deuxième fois cette année revu à la hausse. Il est ainsi passé à 8.71€ brut au lieu de 8.63€.

On parle aujourd’hui de la hausse du pouvoir d’achat des ménages. L’INSEE dans son rapport sur l’économie française à publié ce mois ci une augmentation de 3.3% du pouvoir d’achat sur 2007 due à la hausse des revenus, la baisse du chômage (7.2% au 1er trimestre 2008) et l’allègement des prélèvements sociaux.

Mais une décélération du pouvoir d’achat est déjà prévue pour 2008.

Il est évident que certaines catégories de la population française n’ont même pas senti cette fameuse hausse du pouvoir d’achat. Les prix de l’alimentation, de l’essence, des loisirs ont tellement augmentés que les facteurs d’accélération sont passés inaperçues. Bien plus qu’un contexte économique, c’est un état d’esprit, les français aujourd’hui ont peu confiance en l’avenir.

On assiste à une nouvelle façon de penser, un nouveau mode de consommation, le prix de l’essence avant tout. Vivre loin de Paris était autrefois un moyen de « changer d’air », aujourd’hui ce privilège est devenu un luxe que le prix de l’essence à initié.

Les valeurs primaires… ne resteront plus très longtemps secondaires !

Pourquoi privilégier le multisupports ?

Un contrat multisupports est un contrat d’assurance vie dans lequel les versements peuvent être répartis sur plusieurs types de supports et qui donne accès aux marchés monétaires, obligataires, actions ou immobilier. Par ce biais les sommes investies évoluent en fonction de la valeur globale du portefeuille de valeurs mobilières collectives.

L’avantage premier de ce contrat est de pouvoir diversifier selon le profil du client (prudent, équilibré, dynamique) la répartition des supports. Le client pourra ainsi avoir un portefeuille d’actions et d’obligations dans un même panier. Cela lui garantit donc une totale souplesse et limite les risques.

De plus, des possibilités d’arbitrages peuvent faire évoluer la répartition du contrat d’assurance, au gré de l’évolution des marchés, tout au long de la durée du contrat sans que la fiscalité liée à la cession d’OPCVM ne soit appliquée.

Enfin, les unités de compte se souscrivent en nombres de parts. On peut donc avoir « x » parts de tel support, et « y » d’un autre dans des secteurs d’activité totalement différents. On investit ainsi le montant voulu, dans le secteur souhaité en limitant le risque. A la différence du PEA il n’y a pas de limite de versements.

Contrairement à l’idée reçue, le contrat multisupports est accessible à tous quelque soit le degré de risque que l’on accepte. Un contrat en euros est un monosupport, il garantit un taux minimal (très bas, environ celui du marché monétaire), cette « gestion de bon père de famille », garantit le risque zéro.

Par la répartition du portefeuille, un équilibre financier est trouvé selon le profil et les attentes du client. Notons également que dans le cadre d’un monosupport les prélèvements sociaux sont effectués chaque 31 décembre, lorsque les dits prélèvements sont opérés, sur un contrat multisupports, à l’occasion des racahts ou du règlement du contrat uniquement.

Concernant les droits de succession, des exonérartions sont prévues dans le cardre du contrat d’assurance vie (sous certaines limites et conditions).

De plus, après huit ans la plus value est exonérée d’impôt, si les gains dépassent 4600 € pour un célibataire et 9200 € pour un couple, une taxe de 7.5% est prélevée sur les intérêts.

Le contrat multisupports s’adapte à tous les épargnants, garantissant un rendement bien plus attrayant que le monosupport, néanmoins un dosage du couple risque / rendement est à étudier.

Risquons aujourd’hui, pour « performer » demain…


Serait ce le poids de l’âge qui fait vaciller le CAC 40?

Le mercredi 15 juin 1988 un nouvel indice, pionnier en Europe, est diffusé, le CAC 40. Envisagé au départ sous l’appellation ION 40, c’est finalement le sigle CAC 40 qui verra le jour. Alain Morice est considéré comme le père de la Cotation Assistée en Continu.

Cet instrument est aujourd’hui la référence incontestée du marché boursier français avec 40 milliards d’euros de gestion passive. Il s’est progressivement imposé parmi les cinq principaux indices boursiers mondiaux. En 1988 sa valeur était fixée à 1000 points. Depuis quelques mois déjà, l’indice connaît une période de variations à tendance baissière. Tiraillé, le CAC gagne puis perd des points précieux, pour atteindre un niveau équivalent à celui de 2005. Autant dire qu’il nous a habitué à de bien meilleures performances.

Il reflète l’évolution des cours de la bourse de Paris et représente 70% de la valeur des sociétés cotées. Mais il est également et surtout le reflet incontesté de la dégradation de la conjoncture due à la hausse du pétrole, l’inflation et la crise outre manche.

Sur les 40 sociétés phares de l’économie française, 17 présentent en 1988, sont encore de nos jours dans l’échantillon de l’indice. La course à la taille, l’économie, la montée du tertiaire et les fusions multiples ont été les principaux facteurs du renouvellement du CAC. A fin septembre 2007, la meilleure performance revenait au groupe l’Oréal avec + 2516% soit une moyenne de + 17.7% / an.

Quant aux valeurs, les nouvelles attisent la curiosité et celles qui sortent s’affaiblissent. En 20 ans le CAC, n’a connu que 4 années de baisse et une concentration de plus en plus importante. La bourse reste un marché à risque, avec des hauts et des bas… mais au final la possibilité d’investir sur de belles entreprises et de faire une importante plus value. Le CAC a encore de beaux jours devant lui !

Un indice performant… mais certes un peu remuant !

L’assurance vie toujours aussi séduisante

Actuellement l’assurance vie suscite des discussions… Pourquoi favoriser ce placement ? Reste-t-il attractif dans le cas d’une transmission? Est-ce la meilleure solution pour préparer sa retraite ou faire fructifier son capital ?

Face à des périodes de baisse, à une conjoncture difficile il est évident que nous sommes plus à même de nous poser des questions, de douter. Mais la réponse à toutes ses questions est OUI et les chiffres le prouvent. Un français sur trois possède aujourd’hui un contrat d’assurance vie. La collecte en 2007 s’est chiffrée à plus de 122 milliards d’euros et sur les cinq premiers mois de 2008, 56.3 milliards d’euros ont déjà été versés.

L’assurance vie reste le placement privilégié des français, garantissant une totale souplesse des versements, une protection et une épargne de précaution. Favorisé par le large choix des supports financiers, le rendement et la fiscalité sont optimisés au maximum à condition de respecter un minimum d’investissement de 8 années. Souscrire le bon contrat c’est choisir le contrat qui soit en adéquation avec ses besoins et objectifs d’épargne.

Rappel du cadre fiscal de l’assurance vie

Fiscalité sur la plus value :

Avant 4 ans : prélèvement de 35% sur les plus values ou IRPP + 11% de prélèvements sociaux (CSG/CRDS).

Entre 4 et 8 ans : prélèvement de 15 % sur la plus value ou IRPP + 11% de prélèvements sociaux.

Après 8 ans : Abattement de 4600 € pour un célibataire et 9200 € pour un couple, au-delà prélèvement de 7.5% sur les plus values ou IRPP et 11% de prélèvements sociaux.

Fiscalité sur le capital transmis :

Si – de 70 ans à la souscription: 152.500 € par bénéficiaire

Si + de 70 ans à la souscription: 30.500€ pour tous les bénéficiaires avec en plus une exonération des droits de succession sur les intérêts perçus.

L’assurance vie, la solution pour tous.

Bienvenue

Bonjour à toutes et à tous,

Le compte à rebours est lancé… 5… 4… 3… 2… 1….
Et c’est parti, le blog Arca Patrimoine est ouvert !
Une avalanche d’informations, une multitude de réponses à vos questions et une oreille toujours à l’écoute vous attendent.
Nous espérons réellement que le contenu de notre blog vous sera bénéfique et que rapidement nous pourrons compter sur vos commentaires.
Naturellement, notre premier post a pour sujet l’assurance vie, puisque c’est notre domaine. Mais nous ne nous arrêterons pas là, notre objectif : poster sur diverses thématiques.
Nous sommes ouverts à toutes suggestions et/ou remarques.
L’aventure Arca Patrimoine blog se poursuit sur notre forum, qui a tout récemment vu le jour. Vous pouvez d’ailleurs y accéder via le blog, n’hésitez pas à prendre part aux discussions.

A très bientôt pour de nouvelles posts aventures….