Quelle stratégie de placement adopter pour améliorer les rendements d’un contrat d’assurance-vie ?

Depuis quelques années, le rendement des fonds en euros, est en baisse. Privilégiés par un grand nombre d’épargnants pour la sécurité qu’ils apportent, ces fonds, qui affichaient un rendement moyen de 2,5% en 2014, pourraient en 2017 continuer à afficher une baisse de performance atteignant 1,4%. Alors comment optimiser le rendement de son contrat d’assurance vie ?

strategie-rendement-assurance-vie-arca-patrimoine

Continuer la lecture de Quelle stratégie de placement adopter pour améliorer les rendements d’un contrat d’assurance-vie ?

Assurance vie : les Unités de Compte désormais majoritaires

La collecte de l’assurance vie en mai confirme la tendance : les français optent de plus en plus pour les unités de compte. Pour la première fois, la collecte nette en UC dépasse celle des fonds en euros.

C’est une première, et pas des moindres : la part des unités de compte a été majoritaire (54 %) dans la collecte nette de l’assurance vie depuis le début de l’année, avec 5,8 Md€ pour « seulement » 4,9 Md€ pour les fonds en euros, selon les chiffres de la FFSA.

Ces bons résultats viennent confirmer la tendance à la hausse observée ces dernières années, puisque la part des unités de compte dans la collecte nette de l’assurance vie avait déjà augmenté de 17% en 2013 puis de 33% l’an dernier.

D’une manière générale, sur les 5 premiers mois de l’année, l’assurance vie reste bien le « placement préféré des français », avec 15 % de collecte supplémentaire par rapport à l’année dernière. Selon une étude récente du Cercle de l’Epargne, 53% des Français estiment que l’assurance vie est un placement «intéressant» en termes de rémunération, devant les actions (36%) et le Livret A (17%), dont le taux a été rabaissé à 1% l’an dernier et qui a connu depuis janvier une décollecte de 2.32 Md€.

Les UC profitent de la bonne santé des marchés financiers

Pour rappel les supports en unités de compte n’offrent pas de garantie au capital mais sont investis en actifs à meilleur rendement que les fonds en euros (principalement investis en titre obligataire), comme les actions, et ils profitent donc de la bonne santé des marchés financiers.

« Pour la première fois, la collecte nette des UC dépasse celle en euros : les Français ont accepté qu’il fallait une part de risque » a ainsi commenté Bernard Spitz, président de la FFSA. Ce dernier, comme tous les professionnels du secteur, ne cesse de répéter que l’âge d’or des fonds en euros est révolu et qu’il faut désormais se tourner vers d’autres modèles d’investissement pour générer du rendement.

En effet, le rendement des fonds en euros s’est étiolé ces dernières années du fait de la faiblesse des taux d’intérêt, une tendance que cherche à renforcer le ministère des Finances et la Banque de France pour protéger les assureurs et leurs marges financières. En cela, cette collecte est une bonne nouvelle pour ces derniers, dans la mesure où cet engouement pour les UC va alléger les pressions qui s’exercent sur la gestion des fonds en euros.

Découvrez les offres d’assurance vie multi-supports (unités de compte et fonds en euros) Arca Patrimoine, comme les contrats Violetto et Primaduo

Votre avis compte chez Arca Patrimoine ! Réagissez à cet article dans les commentaires ou sur nos réseaux sociaux :

twitter Arca Patrimoine

Investir en Unités de Compte pour améliorer ses rendements

Face à la baisse constante des rendements des fonds en euros, les épargnants doivent aujourd’hui se tourner vers des investissements plus dynamiques pour valoriser leur patrimoine.

Des millions d’épargnants détenteurs d’un contrat d’assurance-vie libellé en euros en font l’expérience année après année, les rendements de ces supports garantis ne cessent de diminuer. Établis à 4,8 % en 2002, il n’était plus que de 2,9 % en 2012 puis 2,76 % en 2013. Cette année ne devrait pas faire exception à la règle, puisque le très sérieux cabinet Facts & Figures table d’ores et déjà sur un rendement de 2,5% à 2,6 %.

Cette chute inexorable correspond en grande partie à l’effondrement ces dernières années du taux d’intérêt des obligations, qui représentent en général 80% des actifs en euros. Elle se retrouve amplifiée par l’action des Banques centrales, qui inondent le marché de liquidités pour sauvegarder les finances publiques, au détriment des épargnants.

Pas de vrais rendements sans risques

A l’inverse, toujours selon le même cabinet, les 33 UC (Unités de Comptes) les plus représentées ont réalisé une performance moyenne de 12,2% l’an dernier, portée par le rattrapage de la Bourse qui finit de se remettre des secousses de 2007-2011.

Une position de force qui est consolidée sur le fond par l’avantage fiscal dont bénéficient les UC, qui, hors-retrait, ne sont pas concernées par les contributions sociales (CGS, CRDS) à la différence des fonds en euros dont 15,5 % des intérêts sont prélevés chaque année.

Arca Patrimoine recommande donc, pour optimiser la valorisation de votre patrimoine, d’injecter une part plus importante d’UC dans les contrats d’assurance-vie.

Attention tout de même, le support en UC peut générer des pertes en capital pendant la période de contribution, puisque les investissements sont réalisés sur des valeurs mobilières, et l’effet cliquet – qui garantit à l’assuré de recevoir la meilleure performance enregistrée sur la durée du contrat- ne s’applique qu’à la condition que celui-ci soit maintenu jusqu’à échéance.

Ainsi, l’arbitrage en faveur des UC, s’il est souhaitable dans l’intérêt de l’assuré, doit faire l’objet d’une réflexion approfondie de ses objectifs et de ses besoins de trésorerie à court terme

Découvrez comment convertir son assurance-vie en euros en contrat multisupport sur le site d’Arca Patrimoine.

N’éhsitez à pas à donner votre avis sur le forum d’Arca Patrimoine ou sur nos réseaux sociaux Facebook ou Twitter !

Les français et leurs finances : sondage OpinionWay.

OpinionWay a récemment réalisé un sondage pour l’Afic (Association française des investisseurs pour la croissance) concernant l’appétence au risque des français concernant  leurs finances.

Arca Patrimoine revient sur ces chiffres.

L’étude a été réalisée sur un échantillon de 1 000 individus âgés de 18 ans et plus et révèle qu’aux yeux des français, l’épargne des ménages doit avant tout servir à créer de l’emploi, à soutenir l’économie locale ainsi que les entreprises de chaque région et soutenir l’économie française et que cela passe notamment par un soutien plus actif de la part des bancassureurs.

Nous apprenons également que les français demeurent partagés face au risque que représente un placement à rendement variable. Cependant, le fait de financer l’économie et la perspective d’un meilleur retour sur investissement sont des arguments qui suffisent à convaincre 40% des Français de franchir le pas. Le constat est le même pour les détenteurs d’assurance-vie. Ce chiffre se révèle particulièrement significatif au regard de la part des Français détenant actuellement un portefeuille d’actions, 12%.

A noter : les populations les plus aisées ainsi que les hommes s’avèrent être les populations les plus enclines à prendre des risques en plaçant une part de leur épargne sur des placements à rendement variable.

Les facteurs principaux qui seraient susceptibles d’inciter les épargnants à placer une part plus importante de leur capital sur des placements plus risqués sont :

–  les avantages fiscaux à 52 % (56% pour les interrogés détenteurs d’une assurance-vie),

– une meilleure information de l’utilisation ou l’utilité de leurs placements à 47% (44% pour les détenteurs d’une assurance-vie),

– la garantie de pouvoir soutenir des entreprises dont ils partagent les valeurs à 30%,

– la garantie de pouvoir soutenir des entreprises dont ils apprécient les produits et les services à 24%.

Ce rapport coïncide parfaitement avec l’annonce de la réforme de l’assurance-vie pour le financement des PME et tout porte à croire que les français sont aptes à ces changements.

Assurance vie : collecte nette positive de 1,9 Md€ en juillet

Arca Patrimoine vous informe sur l’actualité de l’assurance-vie : ici, la collecte nette positive qu’a enregistré le placement préféré des français au mois de juillet.

L’assurance vie a enregistré une collecte nette positive de 1,9 Md€ en juillet dernier, selon les statistiques communiquées par le Gema et la FFSA. Un très bon résultat après les chiffres de juin qui affichaient une collecte nette négative de 300 M€. Juillet est ainsi la troisième meilleure performance depuis le début de l’année après janvier (+3,5 Md€) et février (+2 Md€). Celle-ci tient essentiellement à une belle progression des cotisations (11,6 Md€), en hausse de 2,5 Md€ par rapport au mois précédent. Dans le même temps, les prestations (9,7 Md€) ont légèrement augmenté par rapport à juin.

Evolution de la collecte nette d’assurance vie (source : Association française de l’assurance)

Suivez toute l’actualité d’Arca Patrimoine sur Twitter.

Source : L’Argus de l’Assurance

L’assurance-vie a rapporté 2,9% en 2012

Le rendement des fonds en euros a continué à fondre l’an dernier. Seuls les contrats collectifs et les Perp ont rapporté davantage qu’en 2011. Arca Patrimoine vous fait partager cet article paru dans lefigaro.fr.

Les contrats d’assurance-vie en euros ont rapporté 2,9% en moyenne en 2012, soit 0,1% de moins qu’en 2011, constate l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) qui vient de faire le bilan. Cette baisse modérée intervient après le fort recul enregistré en 2011. Le rendement des fonds en euros individuels est en effet passé de 3,4% en moyenne en 2010 à seulement 3% cette année-là. Depuis 2007, ces fonds rapportent chaque année un peu moins aux épargnants (4,1% en 2007, 3,9% en 2008 et 3,6% en 2009).

L’an dernier, les assureurs ont dû composer avec des taux d’intérêt «qui ont continué de baisser pour atteindre des niveaux historiquement bas. Ce qui a pesé sur les produits d’intérêt des actifs investis par les assureurs», justifie l’ACP. Toutefois, par rapport à 2011, «les assureurs-vie ont pu intégrer dans leur politique de fixation des taux un environnement financier moins dégradé sur le marché des dettes souveraines et une remontée des cours boursiers», ajoute l’Autorité.

Des rendements à géométrie variable

Cependant, une fois de plus, tous les épargnants n’ont pas été logés à la même enseigne, y compris chez un même assureur. «Comme en 2011, une très grande majorité des assureurs a effectué une différenciation des taux entre ses différents contrats», souligne l’étude. Seuls 8% des assureurs (contre 6% en 2011) ont proposé un taux identique pour tous leurs contrats. «Cela peut s’expliquer notamment par des taux garantis différents qui prévalaient au moment des périodes de commercialisation, ou par des stratégies de commercialisation différenciées selon le réseau de distribution ou la clientèle», précise l’ACP.

Les épargnants ayant souscrit un contrat d’assurance-vie collectif ou un Perp ont été mieux lotis que les autres. Le rendement de ces fonds a en effet légèrement augmenté, passant de 3,15% en 2011 à 3,3% en 2012. «Les fonds liés aux contrats collectifs sont souvent investis de manière plus diversifiée que dans le cas des contrats individuels. Leurs performances sont donc plus réactives aux évolutions de marché», explique l’ACP.

La baisse des rendements des fonds en euros devrait se poursuivre cette année d’après les experts.

Vous souhaitez en savoir davantage sur l’assurance-vie ? Alors rendez-vous sur notre site internet.

La clé pour investir en bourse

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, investir en bourse ne reviens pas à jouer à la loterie. Il s’agit là d’acheter des actions, des titres sur un marché. Un placement sur du long terme qui permet d’améliorer ses conditions de vie.

C’est un investissement méthodique et patient qui permet de doubler son capital à condition de respecter une durée plus ou moins longue. Un rendement qui peu très vite devenir très performant. En contre partie, la notion de risque prend toute son ampleur. C’est pourquoi un épargnant aura la possibilité de se tourner vers différents marchés. Plus la valeur est risquée, plus la performance sera élevée.

Acheter en bourse ne veut pas forcement dire qu’il faille boursicoter toute la journée. Certes, il serait dans l’idéal merveilleux de vendre quand l’action est au plus haut et acheter quant elle est au plus bas. Mais malheureusement il est impossible de déterminer ces pics à l’avance.

Arca Patrimoine

Sur le graphique ci-dessus l’idéal aurait été d’acheter en janvier, puis en juin et en aout. Mais il n’est pas possible de prévoir ses variations. En achetant début février par exemple, l’action aurait repris de la valeur donc l’investissement aurait été moins bon qu’il ne l’aurait été au pic le plus bas. Un moyen très simple est donc à notre portée, il s’agit d’investir régulièrement pendant une période donnée, dans le but de dégager des plus values à moyen ou long terme.

Investir en bourse est à la portée de tous, c’est un moyen simple, d’atteindre un taux de rendement bien plus élevé que celui d’un livret d’épargne. C’est le seul moyen de se protéger de l’inflation tout en se donnant la chance de pouvoir augmenter significativement son capital. La performance dépendra de la durée de l’investissement.

Investir en bourse… c’est rester dans la course !